Accueil > Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie > Huit fruits et légumes à la baisse

Huit fruits et légumes à la baisse

jeudi 11 octobre 2018, par nicolas.bonneau

À partir du 1er décembre, le prix des salades sur les étals ne pourra plus dépasser 850 francs le kilo. Une nouvelle qui ne manquera pas de réjouir les consommateurs qui voyaient les étiquettes sauter parfois largement la barre des 1 000 francs. La salade, mais aussi les carottes, choux, concombres, courgettes, oignons, tomates et citrons ou limes : ces huit produits locaux vont être soumis à un encadrement des prix (hors agriculture biologique). Ainsi en a décidé par arrêté le gouvernement, pour remédier aux hausses de prix importantes sur les fruits et légumes en période de saison chaude. En effet, de décembre à mars, les rendements trop faibles conduisent les producteurs à répercuter sur leurs prix la hausse de leurs coûts de production ; les effets de la pénurie de certains produits et des aléas climatiques ajoutent à la pression tarifaire largement constatée jusqu’au bout de la chaîne de distribution.

Les prix de vente seront encadrés de la façon suivante :

  • Producteurs

Les producteurs – qui bénéficiaient jusqu’alors de la liberté des prix – verront le prix de vente des huit produits concernés encadrés pour six mois, du 1er décembre 2018 au 31 mai 2019. Un prix maximal a été fixé en considérant la moyenne des prix relevés au marché de gros ces cinq dernières années et après discussion avec les élus de la Chambre d’agriculture. En contrepartie des efforts concédés par les agriculteurs, un prix minimal a également été fixé, pour limiter les effets de la vente à perte en saison d’abondance.

(F/kg)

Prix mini

Prix maxi

Carotte

150

250

Chou

80

250

Concombre

100

250

Courgette

150

450

Oignon

150

220

Salade

200

550

Tomate

200

500

Citron/lime

150

650

 

  • Grossistes et détaillants

Pour une durée de 12 mois cette fois, le coefficient d’encadrement des marges commerciales (quel que soit le nombre d’intermédiaires) passe de 2 à 1,82. Si le détaillant s’approvisionne directement auprès du producteur, ce coefficient est de 1,5 sur le prix d’achat net producteur.

La marge en valeur reste plafonnée (comme le prévoyait déjà un arrêté de 2006), mais ce plafond s’étend aux produits importés.

Les prix mini et maxi au détail, pour le consommateur, sont donc les suivants :

(F/kg)

Prix mini

Prix maxi

Carotte

273

400

Chou

146

400

Concombre

182

350

Courgette

273

600

Oignon

273

320

Salade

365

850

Tomate

365

800

Citron/lime

273

800

 


Voir en ligne : Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie