Accueil > WikiRennes > Jean Magloire Dorange

Jean Magloire Dorange

<

jeudi 22 août 2019, par Stephanus

← Version précédente Version du 22 août 2019 à 12:41
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 13 : Ligne 13 :
  
 
Avec 14 camarades, il affrète en février 1941 un cotre de pêche de 9 tonneaux,le « Buhara »,  qu’ils ont acheté et quittent, le 12 février 1941 au soir, la baie de Fresnaye près de Saint-Cast  pour traverser la Manche, afin de s'engager dans les Forces aériennes françaises libres du général de Gaulle, en Angleterre. L'embarcation, tombée en panne de moteur au milieu de la traversée, est interceptée par un patrouilleur allemand.
 
Avec 14 camarades, il affrète en février 1941 un cotre de pêche de 9 tonneaux,le « Buhara »,  qu’ils ont acheté et quittent, le 12 février 1941 au soir, la baie de Fresnaye près de Saint-Cast  pour traverser la Manche, afin de s'engager dans les Forces aériennes françaises libres du général de Gaulle, en Angleterre. L'embarcation, tombée en panne de moteur au milieu de la traversée, est interceptée par un patrouilleur allemand.
Fait prisonnier avec ses camarades, Jean Dorange est condamné à mort le 18 mars 1941 par le tribunal allemand de Saint-Lô, en même temps que son camarade pilote , Pierre Devouassoud . Ils seront fusillés le 12 avril 1941 près de l'abbaye de Montebourg, à 20 kilomètres de Cherbourg. Ils s’embrassent, se tiennent par la main, font face au peloton d’exécution, les yeux libres, et crient : « Vive la France, vive l’Angleterre »  .  Leurs autres camarades ont été condamnés à des peines de prison ou de travaux forcés. Deux d'entre eux sont morts en camp de concentration.
+
Fait prisonnier avec ses camarades, Jean Dorange est condamné à mort le 18 mars 1941 par le tribunal allemand de Saint-Lô, en même temps que son camarade pilote , Pierre Devouassoud . Ils seront fusillés le 12 avril 1941 près de l'abbaye de Montebourg, à 20 kilomètres de Cherbourg. Ils s’embrassent, se tiennent par la main, font face au peloton d’exécution, les yeux libres, et crient : « Vive la France, vive l’Angleterre »  .  Leurs autres camarades ont été condamnés à des peines de prison ou de travaux forcés. Deux d'entre eux sont morts en camp de concentration. Le corps de Jean Magloire repose au cimétière d'Orglandes (Manche).
  
  

Voir en ligne : WikiRennes