Accueil > WikiRennes > Jean Magloire Dorange

Jean Magloire Dorange

<

jeudi 22 août 2019, par Stephanus

← Version précédente Version du 22 août 2019 à 12:07
(3 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
[[Catégorie:Seconde Guerre mondiale|Dorange]]
 
[[Catégorie:Seconde Guerre mondiale|Dorange]]
  
=== Jean Dorange ===
+
=== Jean Magloire Dorange ===
  
 
(17 novembre 1911, Rennes - 12 avril 1941, Montebourg, Manche)
 
(17 novembre 1911, Rennes - 12 avril 1941, Montebourg, Manche)
Ligne 7 : Ligne 7 :
 
Résistant, mort pour la France
 
Résistant, mort pour la France
  
+
[[Fichier:Jean_Dorange.png|right|150px|thumb|Jean Magloire Dorange]]
 
Jean Magloire est né dans une famille rennaise. Son grand-père, Magloire Dorange (1827-1898), était avocat et bâtonnier de l'ordre des avocats de Rennes et avait défendu [[Hélène Jégado, l'empoisonneuse en série, aux Assises de Rennes]] en 1851. Son père, Georges Dorange,  était avocat près la cour d'appel de Rennes.  Jean Magloire  était le quatrième de sept enfants, parmi lesquels deux Saint-cyriens, et un ancien ministre de l'Intérieur de Haute-Volta. Il est célibataire quand la guerre éclate.
 
Jean Magloire est né dans une famille rennaise. Son grand-père, Magloire Dorange (1827-1898), était avocat et bâtonnier de l'ordre des avocats de Rennes et avait défendu [[Hélène Jégado, l'empoisonneuse en série, aux Assises de Rennes]] en 1851. Son père, Georges Dorange,  était avocat près la cour d'appel de Rennes.  Jean Magloire  était le quatrième de sept enfants, parmi lesquels deux Saint-cyriens, et un ancien ministre de l'Intérieur de Haute-Volta. Il est célibataire quand la guerre éclate.
  
 
Sous-officier pilote de réserve, il est chef de l'école de pilotage de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), lorsque la France déclare la guerre à l'Allemagne. Il décide de s'engager dans le groupe de chasse de Chartres, mais sa demande n'aboutit pas. En juin 1940, il rejoint la base aérienne militaire de Pau à la tête de son école de pilotage, puis gagne l'Afrique du Nord en vue de combattre dans les forces aériennes françaises. Mais, démobilisé à la signature de l'Armistice, il retourne à Saint-Brieuc.
 
Sous-officier pilote de réserve, il est chef de l'école de pilotage de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), lorsque la France déclare la guerre à l'Allemagne. Il décide de s'engager dans le groupe de chasse de Chartres, mais sa demande n'aboutit pas. En juin 1940, il rejoint la base aérienne militaire de Pau à la tête de son école de pilotage, puis gagne l'Afrique du Nord en vue de combattre dans les forces aériennes françaises. Mais, démobilisé à la signature de l'Armistice, il retourne à Saint-Brieuc.
  
Avec 14 camarades, il affrète en février 1941 un cotre de pêche de 9 tonneaux, pour traverser la Manche, afin de s'engager dans les Forces aériennes françaises libres du général de Gaulle, en Angleterre. L'embarcation, tombée en panne de moteur au milieu de la traversée, est interceptée par un patrouilleur allemand.
+
Avec 14 camarades, il affrète en février 1941 un cotre de pêche de 9 tonneaux,le « Buhara »,  qu’ils ont acheté et quittent, le 12 février 1941 au soir, la baie de Fresnaye près de Saint-Cast  pour traverser la Manche, afin de s'engager dans les Forces aériennes françaises libres du général de Gaulle, en Angleterre. L'embarcation, tombée en panne de moteur au milieu de la traversée, est interceptée par un patrouilleur allemand.
Fait prisonnier avec ses camarades, Jean Dorange est condamné à mort le 18 mars 1941 par le tribunal allemand de Saint-Lô, en même temps que son camarade pilote , Pierre Devouassoud . Ils sont fusillés le 12 avril 1941 près de l'abbaye de Montebourg, à 20 kilomètres de Cherbourg. . Leurs autres camarades ont été condamnés à des peines de prison ou de travaux forcés. Deux d'entre eux sont morts en camp de concentration.
+
Fait prisonnier avec ses camarades, Jean Dorange est condamné à mort le 18 mars 1941 par le tribunal allemand de Saint-Lô, en même temps que son camarade pilote , Pierre Devouassoud . Ils seront fusillés le 12 avril 1941 près de l'abbaye de Montebourg, à 20 kilomètres de Cherbourg. Ils s’embrassent, se tiennent par la main, font face au peloton d’exécution, les yeux libres, et crient : « Vive la France, vive l’Angleterre »  . Leurs autres camarades ont été condamnés à des peines de prison ou de travaux forcés. Deux d'entre eux sont morts en camp de concentration.
  
  

Voir en ligne : WikiRennes