Accueil > WikiRennes > 18 février et 26 février 1943 des Mosquito bombardent le dépôt de la (...)

18 février et 26 février 1943 des Mosquito bombardent le dépôt de la Kriegsmarine

<

samedi 30 novembre 2019, par Stephanus

← Version précédente Version du 30 novembre 2019 à 17:23
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
[[Fichier:Pi_park.jpg|250px|left|thumb|Rennes un des 4  dépôts centraux pour le Mur de l'AtlantiqueAxis History Forum - Pionierparke]]
 
[[Fichier:Pi_park.jpg|250px|left|thumb|Rennes un des 4  dépôts centraux pour le Mur de l'AtlantiqueAxis History Forum - Pionierparke]]
 
[[File:Mosquito_Highball.jpg|300px|right|thumb|De Haviland Mosquito B Mark IV de la Royal Air Force  (''de Wikimedia Commons'')]]
 
[[File:Mosquito_Highball.jpg|300px|right|thumb|De Haviland Mosquito B Mark IV de la Royal Air Force  (''de Wikimedia Commons'')]]
Le jeudi 18 février 1943, l'aviation britannique avait bombardé les installations de la Kriegsmarine, route de Lorient, en limite de la ville, cible importante puisqu'il s'agissait du dépôt de la marine de guerre allemande, centre d'avitaillement en équipements vitaux pour les sous-marins basés sur la côte atlantique ou sur celle de la Manche. Le ''Haupt Pionier Park'' de la route de Lorient était l'un des quatre principaux en France avec ceux de Paris, du Pas-de-Calais et de la Gironde, pour le stockage de matériels, éléments et matériaux utilisés pour la construction du mur de l'Atlantique avec des antennes à Granville, Brest et Lorient ( Le "Festung Pionier Park" était connu des Rennais sous le nom de '''''Pi-Park'''''). Des milliers de Rennais vont se promener route de Lorient pour constater les dégâts causés à la "crèchemarine" comme disaient beaucoup. ''Les heures douloureuses de Rennes'', par V. Ladam. impr. Les Nouvelles
+
Le jeudi 18 février 1943, l'aviation britannique avait bombardé les installations de la Kriegsmarine, route de Lorient, en limite de la ville, cible importante puisqu'il s'agissait du dépôt de la marine de guerre allemande, centre d'avitaillement en équipements vitaux pour les sous-marins basés sur la côte atlantique ou sur celle de la Manche. Le ''Haupt Pionier Park'' de la route de Lorient était l'un des quatre principaux en France avec ceux de Paris, du Pas-de-Calais et de la Gironde, pour le stockage de matériels, éléments et matériaux utilisés pour la construction du mur de l'Atlantique avec des antennes à Granville, Brest et Lorient ( Le "Festung Pionier Park" était connu des Rennais sous le nom de '''''Pi-Park'''''). Y travaillaient des prisonniers coloniaux et des Rennais. Il y avait 40000 à 5000 vélos réquisitionnés et repeints pour l'usage de la Wehrmacht. [[Évadé de Bretagne, en Angleterre l'étudiant renseigne sur Rennes occupé ]]  Après ces bombardements des milliers de Rennais vont se promener route de Lorient pour constater les dégâts causés à la "crèchemarine" comme disaient beaucoup ''Les heures douloureuses de Rennes'', par V. Ladam. impr. Les Nouvelles et l'occupant va mettre fin à ce pèlerinage.
 
[[Fichier:Pionier_park.jpg|300px|tight|thumb|Quelque part route de Lorient, le bâtiment de garde du Pi-Park : une sentinelle contrôle l'accès d'un véhicule [1]]]
 
[[Fichier:Pionier_park.jpg|300px|tight|thumb|Quelque part route de Lorient, le bâtiment de garde du Pi-Park : une sentinelle contrôle l'accès d'un véhicule [1]]]
 
[[Fichier:Des_Mosquito_sur_le_depot_kriegsmarine.png|300px|left|thumb|Le 26 février 1943, des Mosquito bombardent le dépôt de la Kriegsmarine et dégagent par l'est: au 1er plan, la route de Lorient, à hauteur du parc des sports hors photo,  à droite la [[rue Jean-Pierre Calloc'h]], à gauche la [[rue Brindejonc des Moulinais]] ]]
 
[[Fichier:Des_Mosquito_sur_le_depot_kriegsmarine.png|300px|left|thumb|Le 26 février 1943, des Mosquito bombardent le dépôt de la Kriegsmarine et dégagent par l'est: au 1er plan, la route de Lorient, à hauteur du parc des sports hors photo,  à droite la [[rue Jean-Pierre Calloc'h]], à gauche la [[rue Brindejonc des Moulinais]] ]]
Ligne 12 : Ligne 12 :
 
En cas de chutes d'avions,une prime de 400 francs est attribuée par l'autorité allemande à quiconque signalera la chute d'avions avec mention exacte du lieu et du moment, ou aura découvert des pièces d'avions permettant d'établir, de façon indiscutable, la chute d'un appareil. La prime est versée sons réserve que les renseignements fournis conduisent à la main-mise sur les dits objets. En revanche, le fait de favoriser les équipages d'avions ennemis, de détruire ou de dissimuler des pièces d'avions ennemis trouvées, entraîne les sanctions les plus graves. Il y a lieu d'avertir immédiatement de toute découverte d'avions ou de pièce d'avions, le service de l'Armée allemande le plus proche. ''Ouest-Eclair'' du 3 août 1941|
 
En cas de chutes d'avions,une prime de 400 francs est attribuée par l'autorité allemande à quiconque signalera la chute d'avions avec mention exacte du lieu et du moment, ou aura découvert des pièces d'avions permettant d'établir, de façon indiscutable, la chute d'un appareil. La prime est versée sons réserve que les renseignements fournis conduisent à la main-mise sur les dits objets. En revanche, le fait de favoriser les équipages d'avions ennemis, de détruire ou de dissimuler des pièces d'avions ennemis trouvées, entraîne les sanctions les plus graves. Il y a lieu d'avertir immédiatement de toute découverte d'avions ou de pièce d'avions, le service de l'Armée allemande le plus proche. ''Ouest-Eclair'' du 3 août 1941|
 
[[Fichier:Emploi_pi-Park.png|300px|center|thumb|Offre d'emplois au Pi-Park, qui seront bien utiles quelques jours plus tard ([[Ouest-Eclair]] du 12 février 1943)]]
 
[[Fichier:Emploi_pi-Park.png|300px|center|thumb|Offre d'emplois au Pi-Park, qui seront bien utiles quelques jours plus tard ([[Ouest-Eclair]] du 12 février 1943)]]
Le camp de prisonniers "indigènes" tout proche fut épargné par ce bombardement. En revanche, le [[bombardement du 29 mai 1943]], mené par l'aviation de l'U.S. Air Force, qui toucha sévèrement le quartier nord de Rennes et fit beaucoup de victimes, avait raté complètement sa cible, les installations de la Kriegsmarine de la route de Lorient.
+
Le camp de prisonniers "indigènes" tout proche fut épargné par ce bombardement. En revanche, le [[bombardement du 29 mai 1943]], mené par l'aviation de l'U.S. Air Force, qui toucha sévèrement le quartier nord de Rennes et fit beaucoup de victimes, avait raté complètement sa cible, les installations de la Kriegsmarine de la route de Lorient. Il apparait qu'une partie des matériels entreposés furent alors déplacés vers le [[ le dépôt  de munitions de Fouillard]].
  
 
Les Allemands ironisent et nient l'existence d'objectifs concernant les sous-marins : " ''Après le dernier discours de Churchill à la Chambre des Communes, Vichy va se poser la question de savoir où se trouvent des bases sous-marines  dans les villes bombardées comme Rennes, Rouen et Amiens, aussi bien n'y en a-t-il pas à proximité de ces villes, et l'affirmation basée sur des avertissements de la radio britannique d'avoir à évacuer la population des villes françaises en raison des bombardements est inexacte car la destruction des habitations par l'aviation britannique a déjà obligé les populations à quitter les villes''" ''Die Grenz-Zeitung'', journal officiel du Parti pour les districts de  Stolp, Schlawe, Bütow, Rummelsburg - 20-21 mars 1943 ''Rennes pendant la guerre, chroniques de 1939 à 1945'' par Etienne Maignen, éditions Ouest-France - 2013
 
Les Allemands ironisent et nient l'existence d'objectifs concernant les sous-marins : " ''Après le dernier discours de Churchill à la Chambre des Communes, Vichy va se poser la question de savoir où se trouvent des bases sous-marines  dans les villes bombardées comme Rennes, Rouen et Amiens, aussi bien n'y en a-t-il pas à proximité de ces villes, et l'affirmation basée sur des avertissements de la radio britannique d'avoir à évacuer la population des villes françaises en raison des bombardements est inexacte car la destruction des habitations par l'aviation britannique a déjà obligé les populations à quitter les villes''" ''Die Grenz-Zeitung'', journal officiel du Parti pour les districts de  Stolp, Schlawe, Bütow, Rummelsburg - 20-21 mars 1943 ''Rennes pendant la guerre, chroniques de 1939 à 1945'' par Etienne Maignen, éditions Ouest-France - 2013

Voir en ligne : WikiRennes