GouvActu AdmiNet

Accueil > Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO > « La formation concerne 8 % des demandes de médiation à Pôle emploi » (Jean-Louis Walter, médiateur Pole emploi)

« La formation concerne 8 % des demandes de médiation à Pôle emploi » (Jean-Louis Walter, médiateur Pole emploi)

vendredi 7 mai 2021, par Laurent Gérard

8 % des demandes de médiation à Pôle emploi concernent l’accès à la formation professionnelle des demandeurs d’emploi. « C’est sensiblement comparable aux années précédentes », constate Jean-Louis Walter, médiateur national de Pôle emploi, dans son rapport 2020 rendu le 4 mai.

En 2020, le nombre total de demandes de médiation a augmenté, passant de 30 986 en 2019 à 34 685, 2 351 demandes de médiation ont été adressées au médiateur national, 32 334 demandes de médiation adressées aux médiateurs régionaux.

Métiers en tension

En matière de formation, deux « épines sont dans le pied des conseillers comme des candidats à la formation », note Jean-Louis Walter.

Première épine : « La non-actualisation de la liste préfectorale des métiers en tension ». Il arrive que des personnes soient indemnisables pour un temps « restant » qui est inférieur à la durée de leur formation. Dans ce cas, la rémunération de fin de formation (RFF) peut être mobilisée pour combler la durée manquante et assurer une indemnisation tout au long de la formation. Elle est attribuée en fonction d’une liste de métiers en tension établie par le préfet de région et fondée sur les métiers pour lesquels il existe des difficultés de recrutement. « En théorie, cette liste est actualisée tous les ans, avoue Jean-Louis Walter. En pratique, c’est loin d’être le cas, il en existe qui sont figées depuis des années. »

Par ailleurs, les métiers sont indexés par le ROME, répertoire opérationnel des métiers. « C’est un anachronisme, un ancien outil de l’ANPE (Agence nationale pour l’emploi), analyse le médiateur, d’autant plus que la démarche de compétence aujourd’hui mise en œuvre par Pôle emploi est, précisément, supposée s’affranchir des contingences du ROME. De fait, une formation ne prépare pas qu’à un seul métier, mais à la pluricompétence, laquelle permet au stagiaire d’élargir son portefeuille de compétences et de postuler à davantage de métiers. »

Refus de rémunération

Deuxième épine : l’allocation de retour à l’emploi prend fin au milieu de la formation, la rémunération de fin de formation est refusée par Pôle emploi, le demandeur d’emploi se retrouve en allocation de solidarité spécifique. « Réglementairement, Pôle emploi ne peut pas réétudier la situation, et il n’existe pas de dérogation sur les délais de dépôt : ce manque de souplesse administrative fait obstacle à l’accès à la formation pour les demandeurs d’emploi qui en ont le plus besoin », affirme Jean-Louis Walter.

Liste nationale socle

Le médiateur fait donc des préconisations. « La liste préfectorale des métiers en tension pourrait être actualisée par une liste nationale  »socle » à partir de laquelle chaque Région pourrait rajouter des métiers adaptés aux besoins de main-d’œuvre dans les bassins d’emploi. » Dans le cas d’une crise sanitaire, économique, voire sociale, le médiateur national suggère la possibilité aux pouvoirs publics « d’utiliser un décret pour contextualiser la liste des métiers ».

Par ailleurs, il préconise que « les bénéficiaires de l’allocation de solidarité spécifique qui s’engagent dans une formation à temps partiel puissent percevoir l’ASS-formation afin de conserver le même niveau de revenu ».


Voir en ligne : Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO / « La formation concerne 8 % des demandes de médiation à Pôle emploi » (Jean-Louis Walter, médiateur Pole emploi)

Du même site

Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO