GouvActu AdmiNet

Accueil > Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO > eLearning Expo – « 2021, année edtech ! » (Anne-Charlotte Monneret, Edtech France)

eLearning Expo – « 2021, année edtech ! » (Anne-Charlotte Monneret, Edtech France)

mercredi 15 septembre 2021, par Nicolas Deguerry

Photo d'Anne-Charlotte Monneret, déléguée générale Edtech France, à eLearninng Expo 2021 (Paris, 7 septembre 2021)

Pour Anne-Charlotte Monneret, déléguée générale d’Edtech France, nul doute que 2021 est l’année d’une maturité nouvelle pour la filière française. Certes, avec un marché qui reste dominé par la Chine, l’Inde et les GAFA américains, l’Europe ne pèse que 5 % des investissements mondiaux edtech réalisés en 2020. Mais en Europe, la France est passée au premier rang en 2021, devant le marché britannique « historiquement leader », se réjouit-t-elle. Dans notre pays, non seulement la crise Covid a accéléré la digitalisation de la formation mais cette transformation s’annonce durable : « depuis mars 2020, deux fois plus d’organismes de formation ont basculé sur des modalités 100 % en ligne[ 1 ]Soit 31 % des organismes de formation de France.<script type="text/javascript"> jQuery("#footnote_plugin_tooltip_1").tooltip({ tip: "#footnote_plugin_tooltip_text_1", tipClass: "footnote_tooltip", effect: "fade", fadeOutSpeed: 100, predelay: 400, position: "top right", relative: true, offset: [10, 10] });</script> et 30 % déclarent privilégier à l’avenir du 100 % distanciel et 60 % du blended learning. »

<script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Ce qui marche…

Mais au-delà de cet instantané du marché, qu’est-ce qui fonctionne le mieux en 2021 ? Les réponses d’Edtech France sont sans surprise et viennent confirmer les observations de l’ensemble des acteurs et des intuitions parfois anciennes. Ce sont premièrement les modalités hybrides qui sont plébiscitées, pour leur capacité à combiner le meilleur du présentiel et du digital learning. Parce que l’on apprend en faisant, c’est l’apprentissage par projet qui fonctionne le mieux, dans une démarche de social learning parce que l’on apprend par et avec les autres. Et parce que la formation n’est pas une fin en soi, les parcours se doivent plus que jamais d’être individualisés et optimisés au regard des situations réelles des individus. Enfin, les années de crise sont aussi celles du triomphe de la formation utile et opposable au marché du travail, ce qui renforce l’attrait des certifications.

En poupe…

Parmi les tendances du digital learning, Anne-Charotte Monneret cite la réalité virtuelle et augmentée, le mobile learning, la gamification et la voix, de plus en plus populaire avec l’essor des podcasts. Autant de tendances proposées par les membres d’Edtech France à retrouver dans la cartographie des acteurs Courriel: (https://livemap.getwemap.com/embed.html?emmid=15883&token=CQW96JV4PEI60Z56A7MBB7G2X#/search [at] 46.7675859,2.8762100,5.76) (remplacez les indications entre crochet) et le tout nouveau catalogue mis à disposition par l’association.

EdTech France cartographie ses membres

Nouveaux défis

Prochain défi ? Sans conteste l’intelligence artificielle (IA), sur laquelle repose l’essentiel des espoirs d’innovation dans le champ de la formation. Là encore, États-Unis et Chine disposent d’un temps d’avance, la France accusant un retard de 3 à 5 ans en termes de technologie. « Mais ce n’est pas irrémédiable », tempère Anne-Charlotte Monneret, à condition de disposer d’une main d’œuvre qualifiée pour espérer capter une partie des quelques 6 milliards de dollars qui devraient être investis dans l’IA pour l’éducation dans le monde d’ici 2025.

Un autre défi, plus sociétal, pointé par la déléguée générale d’Edtech France est celui de la mixité du secteur. En dépit de certains progrès, il apparaît que l’auto-censure des femmes en matière d’orientation demeure, avec seulement 18 % de femmes dans les filières techniques et scientifiques. Alors que « 85 % des métiers de demain n’existent pas » selon Anne-Charlotte Monneret, une fenêtre est ouverte pour « lutter contre les biais de genre dans les produits de demain » : « il faut agir ! », conclut-elle.

Notes   [ + ]

1. Soit 31 % des organismes de formation de France.
<script type="text/javascript"> function footnote_expand_reference_container() { jQuery("#footnote_references_container").show(); jQuery("#footnote_reference_container_collapse_button").text("-"); } function footnote_collapse_reference_container() { jQuery("#footnote_references_container").hide(); jQuery("#footnote_reference_container_collapse_button").text("+"); } function footnote_expand_collapse_reference_container() { if (jQuery("#footnote_references_container").is(":hidden")) { footnote_expand_reference_container(); } else { footnote_collapse_reference_container(); } } function footnote_moveToAnchor(p_str_TargetID) { footnote_expand_reference_container(); var l_obj_Target = jQuery("#" + p_str_TargetID); if(l_obj_Target.length) { jQuery('html, body').animate({ scrollTop: l_obj_Target.offset().top - window.innerHeight/2 }, 1000); } }</script>

Photo d'Anne-Charlotte Monneret, déléguée générale Edtech France, à eLearninng Expo 2021 (Paris, 7 septembre 2021)


Voir en ligne : Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO / eLearning Expo – « 2021, année edtech ! » (Anne-Charlotte Monneret, Edtech France)

Du même site

Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO