GouvActu AdmiNet

Accueil > Gouvernement > Victime ou témoin, dites non au harcèlement

Victime ou témoin, dites non au harcèlement

vendredi 17 septembre 2021, par Gouvernement.fr

Deux colégiens
17 septembre 2021

Victime ou témoin, dites non au harcèlement

Pour signaler une situation de harcèlement ou de cyberharcèlement, appelez le 3020 ou le 3018.

« Ne laissez rien passer. » Pour agir contre le harcèlement, deux numéros de téléphone gratuits sont à la disposition des victimes et des témoins :
  • le 3020 ;
  • le 3018 pour signaler une situation de cyberharcèlement.

Définitions

Le harcèlement se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique. Cette violence se retrouve aussi au sein de l’école. Elle est le fait d’un ou de plusieurs élèves à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre. Lorsqu’un enfant est insulté, menacé, battu, bousculé ou reçoit des messages injurieux à répétition, on parle donc de harcèlement.

Le cyber-harcèlement est défini comme « un acte agressif, intentionnel perpétré par un individu ou un groupe d’individus au moyen de formes de communication électroniques, de façon répétée à l’encontre d’une victime qui ne peut facilement se défendre seule ». Il se pratique via les téléphones portables, messageries instantanées, forums, chats, jeux en ligne, courriers électroniques, réseaux sociaux...

nonauharcelement.education.gouv.fr

Non au harcèlement scolaire

L'école n'est malheureusement pas exempte de ce fléau. Deux semaines après la rentrée scolaire, le ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports Jean-Michel Blanquer a enjoint les collégiens à la « bienveillance » et à la « fraternité » à la suite de la diffusion sur les réseaux sociaux d'un hashtag « anti2010 » visant les nouveaux élèves de sixième (nés en 2010).

« Rappelez-vous quand vous étiez en sixième vous-même. Vous comptiez sur la bienveillance de tout le monde. Alors soyez bienveillants à votre tour, soyez des vecteurs de fraternité, soyez des ambassadeurs contre le harcèlement. Dites à tous les élèves nés en 2010, à tous les élèves de 6e : bienvenue au collège. »

Le site « Non au harcèlement » du ministère de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports accompaagne les élèves, parents et professionnels. Car, parler du harcèlement c’est agir pour faire cesser cette violence et qu’elle ne touche pas, une autre fois, d’autres enfants.

Que faire si...

... votre enfant est victime

  • prenez rendez-vous avec la direction de l’école, du collège ou du lycée. Exposez en détail ce que subit votre enfant et demandez quelles sont les actions menées, les mesures prises pour protéger votre enfant et les réponses proposées pour prendre en charge le problème ;
  • si la situation est avérée, l’établissement scolaire mettra en œuvre, avec vous, les solutions adaptées pour que votre enfant ne subisse plus cette violence. Informez-vous régulièrement sur le suivi de la situation de votre enfant ainsi que sur les actions menées au sein de l’établissement pour lutter contre le harcèlement ;
  • contactez un délégué de parents d’élèves pour réfléchir au partenariat possible entre les parents d’élèves et l’établissement pour prévenir le harcèlement et améliorer les relations entre élèves ;
  • si vous hésitez à joindre l’établissement ou que la résolution du problème vous semble lente, vous pouvez contacter le référent harcèlement académique en utilisant le numéro vert 3020 ;
  • votre enfant peut craindre de parler : rassurez-le, demandez-lui ce qu’il souhaite, expliquez-lui que les adultes sont là pour l’aider et faire cesser la violence qu’il subit.
Toutes les informations

... votre enfant est témoin

  • parlez à un membre de l’établissement : directeur, chef d’établissement, membre de l’équipe éducative, pour qu’ils puissent prendre en charge la situation de l’élève. Vous pouvez demander quels types d’actions il est possible de développer, en partenariat avec les parents d’élèves et l’établissement pour prévenir le harcèlement et améliorer les relations entre élèves.
  • parlez à un délégué des parents d’élèves de la classe ou un représentant d’une association de parents d’élèves de l’établissement : pour sensibiliser d’autres parents.
Toutes les informations

... votre enfant est auteur

  • parlez avec votre enfant pour tenter de connaître les origines de sa violence, qui peuvent être multiples (difficultés à communiquer sereinement, agressivité par peur de l’autre, réponse violente au harcèlement qu’il pourrait lui-même subir ou avoir subi antérieurement). Votre enfant ne sait pas comment faire pour trouver une alternative à son comportement agressif. Il a besoin d’être aidé. Lui poser directement des questions le mettrait en position d’accusé, mais il ne faut pas qu’il se sente « diabolisé ». Mieux vaut procéder par approches successives en lui demandant par exemple si autour de lui, l’un de ses camarades est victime de harcèlement, s’il a parlé de ce qu’il a ressenti… On l’amènera ensuite à parler de son propre ressenti face au harcèlement. Il faut cependant rappeler que le harcèlement est un délit : votre enfant pourra être sanctionné dans le cadre scolaire et ses agissements l’exposent à d’éventuelles poursuites judiciaires. À ce titre, dans un second temps, une réflexion avec votre enfant sur les valeurs de l’École pourrait être pertinente, afin qu’il adopte un comportement plus adapté.
  • parlez à un adulte de son établissement : un professeur, le CPE, l’assistant d’éducation, la direction l’assistant de service social, l’infirmier, le conseiller d’orientation psychologue… Ils sont là pour vous écouter et prendre en charge votre enfant dans le cadre scolaire. Ils trouveront les solutions adaptées pour la victime et pour votre enfant (rappel des règles et de la loi et accompagnement éducatif, aide psychologique dans l’établissement ou à l’extérieur).
Toutes les informations

Voir en ligne : Gouvernement / Victime ou témoin, dites non au harcèlement

Du même site

Gouvernement.