GouvActu AdmiNet

Accueil > Portail du Gouvernement - site du Premier ministre > Renforcer le financement des « start-up » industrielles

Renforcer le financement des « start-up » industrielles

mercredi 13 octobre 2021, par Gouvernement.fr

Une tablette utilisée dans une chaîne de production
13 octobre 2021

Renforcer le financement des « start-up » industrielles

L’investissement dans les entreprises de la « deep tech » fait partie de la feuille de route du plan « France 2030 » exposé par le président de la République, le 12 octobre 2021.

    « Il n'y a pas de France industrielle contre la France des start-up ». À l'occasion de la présentation, à l'Élysée, de France 2030, le chef de l’État a voulu illustrer cette idée.

    L’objectif de réindustrialisation de la France, énoncé dans ce plan d'investissement, passe par les jeunes entreprises innovantes, et en particulier celles de la « deep tech ».

    Qu’est-ce que la « deep tech » ?
    C’est le domaine de la technologie de pointe.
    Les domaines explorés sont les sciences des matériaux, l'intelligence artificielle, les « machines learning », les biotechnologies, la « blockchain », le « Big Data », la robotique, la photonique, l'électronique, l'information quantique...
    Le très haut niveau d’innovation des technologies développées donne aux entreprises  jeunes pousses ou « start-up » technologiques, entreprises « high-tech »…  un avantage compétitif reposant sur une rupture technologique par rapport à l’existant. D’où l’appellation de « technologie disruptive ».

    « La réalité de la France des "start-up", c'est une France qui est partout sur les territoires. Et la réalité de la France industrielle, c'est qu'elle se nourrit des "start-up" énergétiques », a rappelé le président de la République Emmanuel Macron.

    « Notre pays va se réindustrialiser par des "start-ups" technologiques et ce qu'on appelle le Deep Tech. Et nos grands groupes industriels vont survivre, se transformer et gagner la partie grâce à l'innovation de rupture de startups qu’ils auront incubées ou qu'ils auront rachetées ou avec lesquelles ils auront des partenariats. »
    Emmanuel Macron, président de la République

    Des obstacles à la phase d'industrialisation

    Au nombre d’environ 1 500 en France, les entreprises de la « deep tech » sont confrontées à des difficultés pour trouver un financement pour ouvrir des sites de production.

    Si les « start-up » industrielles sont soutenues par les aides publiques pour la partie recherche et développement (R&D) avec le plan France relance notamment, la phase d'industrialisation manque encore de soutiens. Les financeurs en fonds propres, les banques, les garanties et prêts publics sont limités.

    « L'investissement dans l'industrialisation de l'innovation de rupture [souffre de l‘insuffisance, ndlr] d'investisseurs en France. […] Il faut beaucoup, beaucoup d'argent très vite au même endroit. […] Or, un démonstrateur industriel, ce sont plusieurs dizaines de millions d'euros et pour une "start-up", on change tout de suite d'échelle. »
    Emmanuel Macron, président de la République

    Avec pour conséquence, « si on perd la bataille avec l'industrialisation qui se fait ailleurs, souvent, on perd le marché », souligne le président.

    Financer la « deep tech »

    L’enjeu est d’offrir un cadre favorable aux « start-up » qui sont prêtes à prendre le risque de l’industrialisation. Pour cela, une série d’obstacles doivent être levés dont celui de l’investissement.

    « Nous voulons nous doter d’une stratégie en investissement, en capital, dans la Deeptech et dans les "start-up" industrielles […] Au total, ce sont près de 5 Mds € dont 3 en fonds propres, que nous sommes prêts à injecter pour la croissance de nos écosystèmes de recherche et d'innovation en la matière », a annoncé le président Emmanuel Macron.

    « [Il faut] permettre à des "start-up" […] d'industrialiser très vite leur innovation et de monter en un temps le plus rapide possible leur prototype, [avec] un investissement de 20, 30, 40, parfois 50 M€ pour pouvoir développer ce démonstrateur en France et commencer leur industrialisation en France. »
    Emmanuel Macron, président de la République

    Objectif fixé par le chef de l'État : « au moins 100 sites industriels par an en 2030 […] dans le cadre de cette "deep tech." »

    Discours du président de la République sur le plan France 2030
    Rapport - « Les leviers de développement des start-up industrielles en phase d’industrialisation »

    Voir en ligne : Portail du Gouvernement - site du Premier ministre / Renforcer le financement des « start-up » industrielles

    Du même site