GouvActu AdmiNet

Accueil > Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO > « Les missions locales ont accompagné 55 000 jeunes vers l’apprentissage en 2020, et déjà 44 000 en 2021 » (Sandrine Aboubadra-Pauly, UNML)

« Les missions locales ont accompagné 55 000 jeunes vers l’apprentissage en 2020, et déjà 44 000 en 2021 » (Sandrine Aboubadra-Pauly, UNML)

jeudi 14 octobre 2021, par Mariette Kammerer

Pendant une semaine, les 436 missions locales du réseau organisent 1 000 événements dans toute la France, sous des formes variées : débats, émissions radio et TV, visites d’entreprises, forums emploi, café-métiers, portes ouvertes, job-dating, escape-game, etc. « L’occasion de mettre en lumière les actions concrètes menées en matière de formation, d’orientation, de mobilité internationale, d’accès aux droits ou à la culture », indique Sandrine Aboubadra-Pauly, directrice générale de l’Union nationale des missions locales (UNML).

Bilan « Un jeune, une solution »

Concernant le bilan de l’année, l’UNML est satisfaite des possibilités offertes par le plan « un jeune, une solution ». « Sur l’apprentissage, même si la hausse a surtout profité aux étudiants du supérieur, les ML ont accompagné 55 000 jeunes vers l’apprentissage en 2020, et déjà 44 000 en 2021, c’est le double d’il y a quelques années, précise la directrice générale. Sur les entrées en formation, avec 100 000 entrées depuis le début de l’année, nous avons dépassé les objectifs fixés », ajoute la directrice générale.

 Adaptations de la Garantie-jeune

Un autre objectif était le doublement des entrées en garantie-jeunes : « Début septembre nous étions à 120 000 entrées sur les 200 000 fixées par le gouvernement, sachant que la montée en puissance n’a pu se faire qu’à partir de mars 2021, le temps de recruter de nouveaux conseillers et de trouver des locaux », précise-t-elle. Les modalités de la garantie-jeunes se sont diversifiées, avec des sessions organisées par exemple dans des centres de formation d’apprentis, « ce qui permet d’être en immersion pour découvrir les métiers enseignés ».

Les missions locales ont dû adapter le dispositif à de nouveaux publics : « Par exemple il y a eu des sessions pour des jeunes mères isolées au RSA, nécessitant d’organiser la garde des enfants et d’adapter les horaires, rapporte Sandrine Aboubadra-Pauly. Les missions locales ont multiplié les partenariats avec les services départementaux, la prévention spécialisée, les acteurs de l’hébergement d’urgence, pour aller chercher ces nouveaux publics ».

Quant au chantier de « revenu d’engagement pour les jeunes » annoncé par Emmanuel Macron cet été, inspiré de l’idée d’une « garantie-jeune universelle », il est pour l’instant au point mort. « Le projet n’est pas enterré mais on attend encore les arbitrages, qu’on espère rapides », ajoute-t-elle.

Obligation de formation des 16-18

L’obligation de formation des 16-18 ans était un autre grand chantier de 2021. « Nous avons fait un gros travail pour monter l’ingénierie en amont, la mesure fonctionne même s’il reste des progrès à faire pour identifier les jeunes le plus tôt possible », estime la directrice générale. Un rapport du conseil d’orientation jeunesse est en cours sur cette obligation de formation.

 

 

 

 


Voir en ligne : Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO / « Les missions locales ont accompagné 55 000 jeunes vers l’apprentissage en 2020, et déjà 44 000 en 2021 » (Sandrine Aboubadra-Pauly, UNML)

Du même site

Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO