GouvActu AdmiNet

Accueil > Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO > Des témoignages pour encourager la mobilité longue des jeunes en apprentissage

Des témoignages pour encourager la mobilité longue des jeunes en apprentissage

lundi 3 mai 2021, par Catherine Stern

Après les entreprises et les centres de formation, c’est aux apprentis et apprenties que l’association Euro App Mobility a donné la parole lors de son webinaire du 22 avril. « Il n’y a pas de meilleurs avocats que celles et ceux qui ont pu faire une mobilité pendant plusieurs mois. J’espère qu’on va convaincre plus de jeunes d’opter pour l’apprentissage et la mobilité », a affirmé, après les avoir écoutés, Jean Arthuis, ancien ministre et député européen auteur d’un rapport sur les freins à la mobilité des apprentis, remis en 2018 à la ministre du Travail.

Dépasser les obstacles de la langue

Alors que la mobilité européenne s’est considérablement réduite en raison de la pandémie, Malem Allal, apprenti charpentier chez les Compagnons du Devoir et du Tour de France depuis l’an dernier, a passé trois mois en Allemagne, un pays intéressant pour son futur métier. Très motivé pour partir, il a affronté la complexité du dossier administratif, accepté dix jours de quarantaine et finalement réussi à dépasser les obstacles de la langue. « Dans les métiers manuels, les mains ont un langage. On peut s’adapter et créer des liens sans parler », explique le jeune homme. « Malem ne parlait pas forcément allemand mais nous lui avons donné accès à OLS [ 1 ]OLS : online linguistic support (soutien linguistique en ligne), plateforme de la Commission européenne permettant aux participants du programme Erasmus+ de préparer leur mobilité en perfectionnant leur connaissance des langues étrangères.<script type="text/javascript"> jQuery("#footnote_plugin_tooltip_6182_1").tooltip({ tip: "#footnote_plugin_tooltip_text_6182_1", tipClass: "footnote_tooltip", effect: "fade", fadeOutSpeed: 100, predelay: 400, position: "top right", relative: true, offset: [10, 10] });</script> assez tôt lors de la validation de sa candidature et les gestes métier ont fait le reste », complète Marina Rolle, chargée de projets européens chez Les Compagnons du Devoir et du Tour de France.

Oser franchir le pas

Aline Dubois, ancienne apprentie peintre en bâtiment au CCCA-BTP, a quant à elle eu à surmonter son absence d’expérience des voyages pour partir six mois en Finlande en 2017. « Je n’avais jamais voyagé, jamais pris l’avion, jamais voyagé seule », reconnaît-elle, reconnaissante envers son professeur qui l’a accompagnée sur place pendant trois jours un mois avant le départ afin d’appréhender la situation nouvelle avec plus de sérénité. La jeune femme a entendu parler d’Erasmus+ en dernière année de brevet professionnel et a dû faire sa mobilité après la fin de son apprentissage. « On devrait nous parler d’Erasmus+ dès le début en CAP, brevet pro ou mention complémentaire », réclame celle qui croyait ce dispositif réservé à l’enseignement supérieur.

La mobilité courte, un tremplin vers la mobilité longue

Euro App Mobility promeut la mobilité longue car elle est beaucoup moins fréquente, la durée moyenne des mobilités des apprentis étant de trois semaines. Mais Cindy Gosse, qui accompagne depuis quatre ans des jeunes en mobilité courte en tant que responsable de l’Institut des métiers de l’aménagement et de la finition chez les Compagnons du Devoir et du Tour de France, affirme que « la mobilité courte proposée avec les organismes de formation est un avant-goût et un tremplin pour les jeunes ».

Une plateforme pour faciliter les partenariats

Le webinaire ne s’est pas appesanti sur les freins structurels à la mobilité longue des apprentis. Mais Euro App Mobility va développer prochainement une plateforme d’offres et de demandes de mobilité pour aider les organismes de formation à trouver des partenaires adaptés. Ses objectifs : 2 500 apprentis en mobilité longue en 2021, le double en 2022 en encore le double en 2023. Le budget Erasmus+ de 26 milliards d’euros pour 2021-2027, en hausse de 70% par rapport à la période précédente, que viennent de voter les eurodéputés y contribuera sans doute. Des eurodéputés qui ont invité les Etats membres à « encourager la mobilité dans le cadre de l’enseignement et la formation professionnelle en assouplissant les conditions administratives préalables à l’accueil d’étudiants étrangers » et demandé « la mise en place d’un statut européen de l’apprentissage ».

Notes   [ + ]

1. OLS : online linguistic support (soutien linguistique en ligne), plateforme de la Commission européenne permettant aux participants du programme Erasmus+ de préparer leur mobilité en perfectionnant leur connaissance des langues étrangères.
<script type="text/javascript"> function footnote_expand_reference_container() { jQuery("#footnote_references_container").show(); jQuery("#footnote_reference_container_collapse_button").text("-"); } function footnote_collapse_reference_container() { jQuery("#footnote_references_container").hide(); jQuery("#footnote_reference_container_collapse_button").text("+"); } function footnote_expand_collapse_reference_container() { if (jQuery("#footnote_references_container").is(":hidden")) { footnote_expand_reference_container(); } else { footnote_collapse_reference_container(); } } function footnote_moveToAnchor(p_str_TargetID) { footnote_expand_reference_container(); var l_obj_Target = jQuery("#" + p_str_TargetID); if(l_obj_Target.length) { jQuery('html, body').animate({ scrollTop: l_obj_Target.offset().top - window.innerHeight/2 }, 1000); } }</script>


Voir en ligne : Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO / Des témoignages pour encourager la mobilité longue des jeunes en apprentissage

Du même site