GouvActu AdmiNet

Accueil > Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO > Ile-de-France : Marie Morel réfléchit aux moyens de rendre le service public régional de l’orientation « plus efficace »

Ile-de-France : Marie Morel réfléchit aux moyens de rendre le service public régional de l’orientation « plus efficace »

mercredi 9 juin 2021, par Sarah Nafti

Elle doit rendre un rapport à la fin du mois de juin, qui édictera un diagnostic et proposera des améliorations possibles. En effet, depuis la loi de 2018, les Régions ont vu leurs compétences élargies, notamment à la diffusion des informations sur les métiers. Pour Marie Morel, cette mission est « perfectible ». « Nous devons faire un diagnostic de la façon dont le SPRO fonctionne, afin de trouver des moyens et des voies de faire mieux. »

Informations sur les métiers

Le SPRO doit donner des informations sur les métiers, les formations existantes, des conseils en orientation. « Aujourd’hui, ces informations existent auprès de différents partenaires et la Région a un rôle d’agrégateur qu’elle doit jouer. » Le site existant, Oriane.info, est un outil utile mais insuffisant. La Région doit également coordonner les différents acteurs, et rendre visibles les services des partenaires, les mettre en œuvre et les diffuser de manière homogène sur tous les territoires. « C’est compliqué car on dénombre un millier d’acteurs de l’orientation dans la région et il y a un enjeu essentiel de professionnalisation de tous ces acteurs », constate Marie Morel.

Indicateurs d’impact

La future agence de l’orientation aura vocation à « organiser les choses qui sont aujourd’hui au sein de structures démultipliées », afin de rendre la gestion de l’orientation plus efficace. Car pour l’instant, ces « sujets transversaux » sont parfois traités au sein de différents pôles. « Pour identifier les voies et les moyens d’un SRPO efficace, il faut évaluer ce qu’est un SRPO de qualité, et mettre en place des indicateurs d’impact », explique-t-elle.

Plusieurs grands enjeux

Marie Morel identifie plusieurs grands enjeux dans l’orientation. D’abord pour les scolaires, qui, même s’ils bénéficient d’interlocuteurs identifiés, ne font pas toujours des choix mûrement réfléchis et en toute connaissance de cause pour leur orientation. Il y a ensuite la question des décrocheurs et des publics fragiles « qui ont besoin d’un accompagnement personnalisé ». Enfin, il y a un enjeu important en termes de reconversion, notamment depuis la crise sanitaire. « De nombreux actifs ont déjà envisagé une reconversion sans franchir le pas, et beaucoup ont vu la crise affecter leur situation professionnelle », rappelle Marie Morel. Entre ce public d’actifs et celui des décrocheurs du supérieur, qui abandonnent leurs études, l’orientation devrait toucher un public massif qui pourrait, au total, approcher les 10 millions de Franciliens, soit 80% des habitants.

Pour Marie Morel, l’enjeu de la réussite d’un tel service est également le développement économique de la Région, qui peut orienter les publics en fonction des emplois recherchés sur le territoire francilien.

Pour en savoir plus.

Orientation en Ile de France.


Voir en ligne : Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO / Ile-de-France : Marie Morel réfléchit aux moyens de rendre le service public régional de l’orientation « plus efficace »

Du même site

Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO