GouvActu AdmiNet

Accueil > Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO > Médicament : un accord de branche fixe l’objectif de 8000 alternants par an à l’horizon 2024

Médicament : un accord de branche fixe l’objectif de 8000 alternants par an à l’horizon 2024

vendredi 30 juillet 2021, par Sarah Nafti

« Il y a un fort enjeu dans la branche concernant l’emploi des jeunes car l’âge moyen des salariés augmente. » Il atteint désormais 44 ans. L’accord signé permettra s’engager en faveur de l’emploi des jeunes et de structurer les politiques déjà existantes dans les entreprises. « Dans la branche, on recrute davantage des profils expérimentés, difficile de faire baisser l’âge d’embauche. Il y a donc un effort important à mener en faveur des jeunes. »

8000 alternants par an, contre 5000 aujourd’hui

Cet accord fixe des objectifs ambitieux, notamment en ce qui concerne l’alternance, pour atteindre 8000 alternants par an en 2024, contre, en moyenne, 5000 ces dernières années. « Nous sommes engagés depuis 2003 dans une politique active pour l’alternance car ce mode de formation est bien adapté à notre secteur industriel, précise Pascal Le Guyader. Nous avons créé nos propres centres de formation d’apprentis et développé des partenariats pour favoriser l’apprentissage dans la formation initiale. » Cette fois, l’accord va plus loin et prévoit notamment une révision à la hausse des rémunérations minimales des apprentis et des gratifications des stagiaires. La branche recrute essentiellement des profils à haut niveau de diplôme, jamais en dessous de bac+2, avec 80% des alternants à un niveau master. A l’issue de leur formation, la plupart trouvent un emploi dans le secteur. Si l’objectif de 8000 alternants est atteint, cela représenterait 6,4% des effectifs salariés, bien au-delà du seuil légal de 5%.

Diversification du recrutement

Pour diversifier le recrutement, un volet est dédié au public particulier des jeunes fragilisés, issus des quartiers prioritaires de la ville, des zones de revitalisation rurale ou encore en situation de handicap. « Nous souhaitons travailler avec les acteurs de terrain pour identifier et accompagner les bon profils », ajoute le directeur adjoint. « L’idée est de les aider dans leurs choix d’orientation, mais aussi de leur permettre d’acquérir un savoir-être professionnel », détaille Bastien Hervé du Penhoat, chargé de mission emploi-formation du Leem. Le tutorat, qui vise, lui, les jeunes déjà intégrés à l’entreprise, sera également renforcé pour s’assurer de l’acquisition des compétences métiers. L’accord incite les entreprises à valoriser la mission de tuteur ou de maître d’apprentissage exercée par les salariés, en matière de rémunération ou d’évolution par exemple.

Attractivité du secteur

« La question de l’attractivité de l’industrie pharmaceutique est importante », estime Bastien Hervé du Penhoat, qui a remarqué « une méconnaissance » du secteur chez les jeunes. « Il y a plus de 130 métiers dans la branche, et nous sommes en concurrence avec d’autres secteurs industriels sur certains profils de jeunes, comme la chimie. » Faire connaître les débouchés existants est dès lors indispensable pour recruter et former les candidats.

Pour en savoir plus.


Voir en ligne : Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO / Médicament : un accord de branche fixe l’objectif de 8000 alternants par an à l’horizon 2024

Du même site

Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO