GouvActu AdmiNet

Accueil > Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO > Quatre PME réunionnaises créent leur centre de formation d’apprentis mutualisé

Quatre PME réunionnaises créent leur centre de formation d’apprentis mutualisé

vendredi 7 mai 2021, par Emmanuel Franck

La création d’un CFA d’entreprise n’est pas réservée aux grandes. Quatre PME de l’île de la Réunion se sont regroupées pour créer leur CFA duquel sortira, en mars 2022 à l’issue d’une formation de 13 mois, deux promotions de secrétaires assistants et de vendeurs en magasin. Pour l’heure, le CFA compte 24 apprentis, âgés de 18 à 29 ans, venus des villages voisins des entreprises, situées près de Saint-Denis, au nord de l’île. Les quatre entreprises, qui travaillent toutes dans le même domaine (une clinique vétérinaire, une animalerie, un négociant en aliments pour animaux et une entreprise de logistique), emploient 50 salariés. Elles ont décidé de créer leur CFA « afin d’apprendre la culture de nos entreprises aux jeunes réunionnais », explique Emeline Pignolet, cogérante de la clinique Austral vétérinaire et initiatrice du CFA. Pour satisfaire la clientèle, « les vendeurs et les secrétaires assistantes doivent connaître les races des chiens, savoir utiliser nos logiciels et notre système d’archivage des dossiers », illustre-t-elle.

 La loi Avenir professionnel, idéale pour prendre en main la formation

Lorsqu’Emeline Pignolet prend connaissance de la loi Avenir professionnel, elle se rend compte des possibilités qu’elle offre pour « prendre en main les formations dont nous avions besoin ». En outre, « cela faisait déjà des années que nous faisions de la formation continue via le contrat de professionnalisation, le CFA a formalisé cette pratique ».

Le CFA est créé en juin 2020 : création des statuts, dépôt au greffe, demande d’autorisation auprès du rectorat, puis constitution de l’équipe et du processus pédagogique, démarches pour se faire connaître auprès des candidats apprentis, définition d’un calendrier à la suite de l’agrément de la Direccte. Emeline Pignolet s’est fait accompagner par un organisme de formation architecte (OFA) pour préparer les titres professionnels et la demande de certification Qualiopi. « Le guide pour la certification Qualiopi est une excellente méthodologie, qui m’a aidée dans la création pratique du CFA », témoigne-t-elle.

 Évaluer — à peu près — le nombre de places à ouvrir

L’équipe du CFA est composée de trois personnes : Émeline Pignolet, qui a passé un diplôme de formatrice occasionnel ; un directeur de formation, autorisé à être formateur de formateurs ; une secrétaire. Le CFA s’est fait connaître grâce aux Missions locales et à Pôle emploi. « Nous avons reçu 80 CV pour 24 places », déclare Émeline Pignolet. Le nombre de places ouvertes est un savant dosage entre les tuteurs disponibles, la pression de jeunes très motivés, un taux de décrochage prévisionnel et les besoins de recrutement des quatre entreprises. Ces dernières avaient besoin de 12 personnes, or « on m’a annoncé un taux de décrochage de 25% », ce qui fait qu’il devrait y avoir à l’arrivée 18 apprentis pour 12 places. Peu importe, « nous avons des besoins à long terme et envie de développer le clic et collecte, et puis c’est aussi une manière de nous ancrer dans le territoire », déclare Émeline Pignolet. Si elle dit avoir « mis de l’argent dans le CFA », elle prédit aussi que celui-ci « sera à l’équilibre ». Elle admet également qu’un CFA est une « activité chronophage ».

Guide Qualiopi.


Voir en ligne : Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO / Quatre PME réunionnaises créent leur centre de formation d’apprentis mutualisé

Du même site

Centre INFFO : Actualité du Centre INFFO