GouvActu AdmiNet

Accueil > HAS Haute Autorité de santé > Rééducation de l’appareil locomoteur dans les pathologies neuro-musculaires suite à l’introduction de nouvelles technologies (biothérapie, instrumentation rachidienne, réentraînement à l’effort) - Note de cadrage

Rééducation de l’appareil locomoteur dans les pathologies neuro-musculaires suite à l’introduction de nouvelles technologies (biothérapie, instrumentation rachidienne, réentraînement à l’effort) - Note de cadrage

jeudi 3 juin 2021

Objectifs

Ces recommandations devraient permettre d’actualiser la rééducation de l’appareil locomoteur qui pose de nombreuses interrogations aux patients et aux familles, relativement aux évolutions thérapeutiques :

  • Biothérapie : modifie l’évolution des pathologies et donc la prise en charge rééducative ;
  • Instrumentation rachidienne : protocole d’accompagnement chirurgical de la scoliose ;
  • Réentrainement à l’effort : améliore la fibre musculaire et la qualité de vie.

Les objectifs de ces recommandations et de leur mise en œuvre sont d’améliorer la prise en charge des patients, et donc des soins qui leurs sont apportés, notamment :

  • d’homogénéiser les pratiques ;
  • de promouvoir les techniques et modalités de rééducation adaptées ;
  • de réduire les actes inadéquats.

 


Voir en ligne : HAS Haute Autorité de santé / Rééducation de l’appareil locomoteur dans les pathologies neuro-musculaires suite à l’introduction de nouvelles technologies (biothérapie, instrumentation rachidienne, réentraînement à l’effort) - Note de cadrage

Du même site

La Haute Autorité de santé (HAS) est chargée :

d’évaluer scientifiquement l’intérêt médical des médicaments, des dispositifs médicaux et des actes professionnels et de proposer ou non leur remboursement par l’assurance maladie ;
de promouvoir les bonnes pratiques et le bon usage des soins auprès des professionnels de santé et des usagers de santé ;
d’améliorer la qualité des soins dans les établissements de santé et en médecine de ville ;
de veiller à la qualité de l’information médicale diffusée ;
d’informer les professionnels de santé et le grand public et d’améliorer la qualité de l’information médicale ;
de développer la concertation et la collaboration avec les acteurs du système de santé en France et à l’etranger.