Accueil > WikiRennes > Rue Le Bastard

Rue Le Bastard

<

mardi 14 janvier 2020, par Stephanus

← Version précédente Version du 14 janvier 2020 à 07:45
(2 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
[[File:Plan de 1726 (Porte aux Foulons - Parlement).jpg|thumb|250px|La "rue au foulon" près de la porte du même nom sur le plan de Rennes de [[1726]].]]
 
[[File:Plan de 1726 (Porte aux Foulons - Parlement).jpg|thumb|250px|La "rue au foulon" près de la porte du même nom sur le plan de Rennes de [[1726]].]]
 
[[Fichier:Tour_des_Foulons.png|right|250px|thumb|La tour aux Foulons, qui prenait place au niveau des actuels numéros 2 et 4 rue Le Bastardhttps://multimedia.inrap.fr/atlas/Rennes/sites/3343/2-4-rue-Pont-aux-Foulons#.XRM4NqKB5rM (Dessin de l'architecte Robert Artuz, représentant  en 1591 la façade de la tour) ]]
 
[[Fichier:Tour_des_Foulons.png|right|250px|thumb|La tour aux Foulons, qui prenait place au niveau des actuels numéros 2 et 4 rue Le Bastardhttps://multimedia.inrap.fr/atlas/Rennes/sites/3343/2-4-rue-Pont-aux-Foulons#.XRM4NqKB5rM (Dessin de l'architecte Robert Artuz, représentant  en 1591 la façade de la tour) ]]
 +
[[Fichier:Hotelderobien_est.jpg|250px|left|thumb|L'élégante tourelle d'angle de l'hôtel de Robien - (de Wikimedia Commons)]]
 +
La '''rue Le Bastard''', du nom du maire de Rennes [[Edgar Le Bastard]], est la grande artère commerciale piétonne de la ville, rue de déambulation favorite des Rennais sur l'axe commercial nord-sud de la partie nord du centre ville. Chaque jour et surtout chaque samedi, des milliers de badauds et de chalands l'empruntent, en quête du vêtement, de la paire de chaussures, du livre ou du cd qu'ils recherchent. Avant d'être piétonne, elle fut, jusque dans les années soixante-dix, une voie empruntée par les tramways, puis les bus et, le soir, était éclairée par de nombreuses enseignes lumineuses qui lui donnaient une atmosphère chaude disparue dans les années soixante-dix. Du début des années trente jusqu'à la fin des années quatre-vingt, ''les Magasins Modernes'' étaient l'élément principal de l'animation commerciale de la rue.
  
La '''rue Le Bastard''', du nom du maire de Rennes [[Edgar Le Bastard]], est la grande artère commerciale piétonne de la ville, rue de déambulation favorite des Rennais sur l'axe commercial nord-sud de la partie nord du centre ville. Chaque jour et surtout chaque samedi, des milliers de badauds et de chalands l'empruntent, en quête du vêtement, de la paire de chaussures, du livre ou du cd qu'ils recherchent. Avant d'être piétonne, elle fut, jusque dans les années soixante-dix, une voie empruntée par les tramways, puis les bus et, le soir, était éclairée par de nombreuses enseignes lumineuses qui lui donnaient une atmosphère chaude disparue dans les années soixante-dix. Du début des années trente jusqu'à la fin des années quatre-vingt, ''les Magasins Modernes'' étaient l'élément principal de l'animation commerciale de la rue.
 
  
[[Fichier:Hotelderobien_est.jpg|250px|left|thumb|L'élégante tourelle d'angle de l'hôtel de Robien - (de Wikimedia Commons)]]
 
 
== Histoire de la Rue aux Foulons ==
 
== Histoire de la Rue aux Foulons ==
 
C'est en [[1893]] que la rue aux Foulons fut dénommée '''rue Le Bastard''', du nom de l'ancien maire de Rennes, décédé un an auparavant. Elle part de l'extrémité nord de la [[rue d'Estrées]] au point de rencontre de la [[rue Nationale]] et de la [[rue Lafayette]] et se termine à l'intersection des rues de [[rue Bertrand|Bertrand]], du [[rue du Champ Jacquet|Champ Jacquet]] et du [[rue Pont aux Foulons|Pont-aux-Foulons]] (du nom d'un petit pont en bois qui y donnait accès par-dessus le fossé de ville). Ce nom de rue "aux Foulons" se rapporte à celui de ses occupants du 15e siècle, foulons ou drapiers qui avaient été autorisés à s'y établir par le duc de Bretagne Jean V après avoir fui la Normandie dévastée après le désastre d'Azincourt en 1415.
 
C'est en [[1893]] que la rue aux Foulons fut dénommée '''rue Le Bastard''', du nom de l'ancien maire de Rennes, décédé un an auparavant. Elle part de l'extrémité nord de la [[rue d'Estrées]] au point de rencontre de la [[rue Nationale]] et de la [[rue Lafayette]] et se termine à l'intersection des rues de [[rue Bertrand|Bertrand]], du [[rue du Champ Jacquet|Champ Jacquet]] et du [[rue Pont aux Foulons|Pont-aux-Foulons]] (du nom d'un petit pont en bois qui y donnait accès par-dessus le fossé de ville). Ce nom de rue "aux Foulons" se rapporte à celui de ses occupants du 15e siècle, foulons ou drapiers qui avaient été autorisés à s'y établir par le duc de Bretagne Jean V après avoir fui la Normandie dévastée après le désastre d'Azincourt en 1415.
Ligne 27 : Ligne 27 :
  
 
== Adresses ==
 
== Adresses ==
[[Fichier:Magasins_modernes.jpeg|150px|left|thumb|Publicité dans l'annuaire officiel d'Ille-et-Vilaine, imprimerie Fr. Simon - 1933.]]
 
 
[[Fichier:Magasins_modernes_1925160.jpg|350px|right|thumb|Publicité dans l'hebdomadaire ''La Vie Rennaise'' du 13 juin 1925.]]
 
[[Fichier:Magasins_modernes_1925160.jpg|350px|right|thumb|Publicité dans l'hebdomadaire ''La Vie Rennaise'' du 13 juin 1925.]]
 +
[[Fichier:Mag_Mod404.jpg|250px|left|thumb|Quand les Rennaises allaient aux "Mag Mod". Publicité de 1928 Marianne Clouzot]]
 +
[[Fichier:Magasins_modernes.jpeg|150px|center|thumb|Publicité dans l'annuaire officiel d'Ille-et-Vilaine, imprimerie Fr. Simon - 1933.]]
 +
 
* Fougeray, libraire-éditeur au 19, [[rue aux Foulons]], imprimeur avec René Haton à Paris en [[1880]] du '''Pouillé historique de l'Archevêché de Rennes''' de l'Abbé Guillotin de Corson.
 
* Fougeray, libraire-éditeur au 19, [[rue aux Foulons]], imprimeur avec René Haton à Paris en [[1880]] du '''Pouillé historique de l'Archevêché de Rennes''' de l'Abbé Guillotin de Corson.
  

Voir en ligne : WikiRennes